samedi 11 avril 2015

18 - Les nuisibles


Je me réveille un matin avec un reste de rêve accroché dans l'oreille : à l'école, la maîtresse parle des " nuisibles " et ce mot m'inquiète. Tout à fait éveillée, je cherche de quels animaux elle parlait. Les souris sans doute (ici, un mulot, j'en vois parfois dans mes balades, c'est tout petit), les renards, c'est sûr. Et ma gêne persiste. Enfant, ai-je ressenti un malaise avec ce mot ou bien est-ce un souvenir reconstruit ? Et je comprends ce qui me perturbe tant  : l'anthropocentrisme ! Nous seuls comptons, nous seuls avons le droit de nous nourrir (en empoisonnant la terre), la terre nous appartient en exclusivité. Voilà, ils NOUS gênent, grignotent NOS salades, piètinent NOS champs de blé et, de temps en temps bouffent un humain. Ils ont juste le droit d'être abattus et bouffés. (Pas les mulots mais ça viendra)
Et je ne peux éviter les images de massacres de phoques, d'éléphants, de rhinocéros et j'en passe. Pour finir, je me dis : l'animal le plus nuisible, sans l'ombre d'un doute, c'est l'homme.
Sans transition, autre étonement - quoique... - le vendredi 10 avril, hier donc, je vais chez le buraliste pour acheter Sud-Ouest m'attendant à trouver en une des photos et un compte-rendu de la manifestation de la veille : on était nombreux ! Eh bien, rien ! Ça n'a pas existé, il ne s'est rien passé. Les bras m'en tombent. Et chaque fois que la voix de France-Culture et France-Musique vient dire qu' " en raison de, nous ne sommes pas en mesure, etc etc. " j'entends la " défonce " de l'emploi au lieu de la défense. Je suis sûre qu'il dit " défonce ". Un jour, plus de France-Musique.
Pour finir, un ami me téléphone du Nouveau-Mexique : il est français ET noir. Il me dit qu'il se fait arrêter à peu près tous les quinze jours, comme ça, pour vérification d'identité. Il est résigné et triste. Il a peur parfois parce que presque tout le monde est armé. On a vu ce que ça donne.
Nuisible, vous avez dit nuisible ?
Lui, lien juste dessus,  je vous accorde qu'il n'est pas net : le coucou, Saint-Saëns, Le Carnaval des animaux. Et dessous, le féroce nuisible !
Merci à Fanfan et son blog animalier.